4.48 PSYCHOSE
  • PNG - 213.1 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet
    PNG - 213.1 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

  • JPEG - 748.8 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet
    JPEG - 748.8 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

  • PNG - 358.3 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet
    PNG - 358.3 ko
    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

    4.48 Psychose de Sarah Kane / Sara Llorca et Charles Vitez © Adrien Berthet

> dans le cadre du cycle Paroles de femmes -
visionnez la présentation



du 2 au 21 février 2016 / durée 1 h 20
du mardi au samedi à 19h / dimanche à 17h

réservez



La presse en parle !

Un point de vue esthétique, chorégraphique et musical d’une incontestable beauté.

Evelyne Trân, Le Monde

Un spectacle magnifié par le danseur et chorégraphe congolais DeLaVallet Bidiefono (…) Quant au texte, il est immensément porté, incarné, par la jeune comédienne Sara Llorca.

René Fiori, Mediapart

lire toute la revue de presse



4.48 PSYCHOSE de Sarah Kane

mise en scène et scénographie Sara Llorca et Charles Vitez
traduction Evelyne Pieiller (L’Arche Éditeur)

chorégraphie DeLaVallet Bidiefono
musique Benoît Lugué et Mathieu Blardone, son Olivier Renet, costumes Emmanuelle Thomas, lumière Léo Thévenon, régie lumière Anaï Guayamarès, régie son Sarah Bradley


avec DeLaVallet Bidiefono, Mathieu Blardone, Sara Llorca, Benoît Lugué, Antonin Meyer Esquerré



À 4h48, elle se taira. D’ici-là, elle lutte, elle parle, elle se débat avec elle-même, la vie, l’amour, son médecin, le monde entier. Avec le besoin fou d’être enfin entendue, non comme une malade mais dans la vérité de sa souffrance si concrète, si vivante.

Sarah Kane a écrit un texte radical et nu, sans aucun repère : ni acte, ni scène, ni personnage nommé. La liberté d’interprétation est donc totale. Sara Llorca et Charles Vitez ont fait le choix d’oublier la fin tragique de l’autrice pour faire entendre l’humanité incroyable qui vibre dans cette parole venue du bout de la nuit. Avec ses colères, sa douceur, ses brisures, ses sautes (d’humour aussi), son étonnante vitalité, surtout. Et, sans jamais rien forcer, ils ont tissé théâtre, chorégraphie, musique live pour donner corps à ce chaos intérieur.

D’où surgit soudain la danse extraordinaire de DeLaVallet Bidiefono - ange noir ou démon bénéfique, qui sait ? Magnifique pas de deux avec l’amour, avec la mort, en quête toujours d’une ultime réconciliation. Un hymne à la vie.

Reconnue très tôt pour son talent dramaturgique, Sarah Kane, auteure britannique, connaît le succès dès sa première pièce Blasted (Anéantis) montée au Royal Court Theatre de Londres. Encensée par la critique après sa mort (elle a 25 ans), elle fait souvent figure de martyre littéraire. Son suicide hélas présenté par certains comme l’aboutissement de son œuvre, a donné prise à la fascination morbide autant qu’il a suscité son rejet.

Avec 4.48 Psychose, Sarah Kane signe une œuvre noire et poétique d’une incroyable énergie vitale, un texte nu, dénué de toute structure classique (ni acte, ni scène, ni didascalie, ni personnage nommé). La liberté d’interprétation est totale. Théâtre, chorégraphie et musique aux accents électriques jouent de complicité et dévoilent un monde intérieur aussi troublé que troublant. Entre transe et composition, la danse relaie la parole. 4.48 Psychose est une course de relais d’un seul souffle pour conjurer le sort !



Sara Llorca est actrice et metteur en scène. Elle a joué sous la direction de D. Lescot, É. Chailloux, D. Bobée, W. Mouawad, G. Werler, M. Bouquet, J. Lassalle… Elle fonde la compagnie “Du hasard objectif“ avec Charles Vitez, architecte et scénographe, avec lequel elle a créé plusieurs spectacles : Tambours dans la nuit de Brecht, Théâtre à la campagne de David Lescot et Les Deux Nobles Cousins de Shakespeare et Fletcher.

La collaboration avec DeLaVallet Bidiefono, chorégraphe et danseur autodidacte, figure de proue de la danse contemporaine au Congo et en Afrique, invité régulier du Festival d’Avignon, s’est imposée alors comme une source d’inspiration.

Charles Vitez est diplômé de l’école d’architecture Paris Val-de-Seine et exerce depuis la profession d’architecte. Il réalise plusieurs projets muséographiques et collabore avec des compagnies en tant que scénographe.



production > Compagnie Du hasard objectif. Avec le soutien du Théâtre Arlequin de Morsang-sur-Orge, du Théâtre de La Loge, du Théâtre 71 - Scène nationale de Malakoff, d’ARCADI - Île-de-France et de la SPEDIDAM.



/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com