"BOURREAUX D'ENFANTS !" CHAP. 1 ET 2
  • Bande Annonce Bourreaux d’enfants IMG/flv/BAbourreauxdenfants.flv
  • JPEG - 306.4 ko
    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis
    JPEG - 306.4 ko
    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis

    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis

  • JPEG - 1 Mo
    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis
    JPEG - 1 Mo
    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis

    LA PLUIE D’ETE - Duras / Bonnifait © Mathilde Chapuis

  • JPEG - 178.2 ko
    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR
    JPEG - 178.2 ko
    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR

    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR

  • JPEG - 76.6 ko
    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR
    JPEG - 76.6 ko
    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR

    NOTRE AVARE - Molière / Boillot © DR

"BOURREAUX D’ENFANTS !" Chap. 1 et 2, descriptif en image

Travaillant à ce fil rouge de la transmission qui trame notre saison, je me suis retrouvé devant quatre propositions aussi alléchantes que différentes, mais ayant en commun de s’inspirer de textes non-théâtraux (hormis Notre Avare - et encore, c’est plus le roman familial qui a été adapté ici, que la pièce en cinq actes !) et d’être des formes courtes, techniquement légères, en rapport immédiat avec le public. D’où l’idée de vous inviter à en découvrir deux par soir, séparées par un bref entracte.

Entre la comédie de Molière écrite en 1668, le célèbre pamphlet de Swift (qui date de 1729), l’immense roman philosophique d’Hugo (1868) et le conte si délicat de Duras (1990), notre Europe a certes beaucoup changé. Pourtant, que ce soit en famille ou en société, l’enfant reste la cible de toutes les violences intimes et/ou politiques. Qu’il soit né dans un milieu trop pauvre (cf Swift et Duras), trop pingre (cf Molière) ou trop riche (cf Hugo), il subit de plein fouet, dans son âme et sa chair, le joug des névroses de ses parents, du désarroi des adultes.

Bouc émissaire ou simple catalyseur, l’enfant est ici notre miroir. Celui qui étymologiquement « ne parle pas » provoque paradoxalement la parole, libère la pensée, remet de l’air là où nous nous étouffons nous-mêmes, entre les quatre murs du renoncement et de la peur.

L’enfant est assurément l’avenir de l’homme. Pour autant que l’homme ne l’ait pas tué dans l’œuf.

F. Rancillac

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com