STRAVINSKY-BARTÓK-KEAY-DAMNIANOVITCH
  • JPEG - 17.2 ko
    Le Quatuor à cordes Leonis © DR
    JPEG - 17.2 ko
    Le Quatuor à cordes Leonis © DR

    Le Quatuor à cordes Leonis © DR

  • JPEG - 38.9 ko
    Le Quatuor Leonis © DR
    JPEG - 38.9 ko
    Le Quatuor Leonis © DR

    Le Quatuor Leonis © DR

Brunch-concerts du QUATUOR à CORDES LEONIS

Pour cette troisième saison de concerts au théâtre de l’Aquarium, le quatuor Leonis vous propose un répertoire musical inédit, entièrement inspiré par la programmation théâtrale de François Rancillac.
La diversité des pièces de théâtre, tant par leur contenu que par leur origine propose une matrice excitante pour la composition d’une saison de musique. Ainsi, vous voyagerez entre la Scandinavie, l’Italie, la France en découvrant la transposition musicale de thèmes comme l’exil, l’attente, l’amour…

Cette saison sera marquée par un événement exceptionnel : la création mondiale au mois de mars du deuxième quatuor d’Alexandre Damnianovitch, compositeur serbe exilé en France, œuvre spécialement réalisée pour le quatuor Leonis.

Alors, à dimanche !

Rendez-vous pour le déjeuner à 12h, suivi du concert à 13h puis du spectacle de théâtre à 16h.

> Les dimanches 9 novembre / 18 janvier / 22 mars / 12 avril à 12h

> À noter : jeudi 14 mai à 18h, Leonis accompagnera la lecture de Les années d’Annie Ernaux par Ariane Ascaride : 60 ans de souvenirs en mots et en musiques...

plus d’info sur le Quatuor Leonis



Exils

Un concert en résonance avec En attendant Godot de Beckett mis en scène par Jean Lambert-Wild, Lorenzo Malaguerra
et Marcel Bozonnet.

Présence exceptionnelle des compositeurs Alexandre Damnianovitch et de Nigel Keay.

Igor Stravinsky (1882-1971) : 3 pièces pour quatuor à cordes (1914)

Béla Bartók
(1881-1945) : 3ème quatuor à cordes (1927)

Nigel Keay
(1955) : quatuor à cordes n°2 (1995)

Alexandre Damnianovitch
(1958) : quatuor byzantin (création)

 -> dimanche 22 mars à 12h

De nombreux musiciens ont connu l’exil. Ce fut la cas d’Igor Stravinsky et de Béla Bartók qui sont partis vivre et mourir aux Etats-Unis, cherchant à fuir la guerre qui faisait rage en Europe de l’est et en Russie.

C’est la guerre, toujours, qui pousse le compositeur serbe Alexandre Damnianovitch à quitter la Serbie pour s’installer en France en 1978.
C’est plus simplement le chemin sinueux de la vie qui entraîne le compositeur néo-zélandais Nigel Keay à poser ses valises en France, en Seine-Saint-Denis plus précisément.

Incroyables phénomènes de transhumance artistique, ces exils, forcés ou non, s’enracinent dans l’écriture musicale de manière indélébile.
Souvenir nostalgique, mal du pays, forces nouvelles sont autant de sentiments qui hantent la puissance créatrice d’un artiste déraciné de sa terre natale.

Vous pourrez entendre dans ce programme le deuxième quatuor à cordes d’Alexandre Damnianovitch en création mondiale ainsi que l’exécution du premier quatuor à cordes de Nigel Keay (1995) en présence des compositeurs.

Quatuor à cordes numéro deux de Nigel Keay

Le Quatuor à Cordes numéro deux est en trois mouvements distincts (rapide, lent, rapide). Chaque mouvement développe ses idées librement sur des rythmes syncopés qui évoquent parfois de la musique jazz. Le premier mouvement, plein d’énergie, est agité d’un rythme pressant. Par contraste, le deuxième mouvement, lent et mélodique représente un exemple frappant de l’interaction entre la consonance et la dissonance. Le troisième mouvement se développe comme une danse tumultueuse animée par le premier violon. Les motifs sont répartis entre les quatre instruments, créant un dialogue de l’un à l’autre.

Nigel Keay s’est inspiré de sa propre expérience d’interprète de musique de chambre pour écrire ce quatuor, et notamment de sa connaissance des quatuors de Beethoven. Depuis son écriture en 1995, ce quatuor a été joué en Nouvelle-Zélande par plusieurs formations. Il a également été interprété au cours du 17ème Colloque et Festival de la ligue des compositeurs asiatiques à Bangkok, par l’Ensemble Contemporain Alpha de Tokyo, en France et en Allemagne par le Quatuor Aphanès


/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com