L'AQUARIUM FAIT SON CINÉMA
  • JPEG - 91.2 ko
    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski
    JPEG - 91.2 ko
    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski

    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski

  • JPEG - 164.2 ko
    Le Miroir, Andreï Tarkovski
    JPEG - 164.2 ko
    Le Miroir, Andreï Tarkovski

    Le Miroir, Andreï Tarkovski

  • JPEG - 45.7 ko
    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski
    JPEG - 45.7 ko
    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski

    Margarita Terekhova dans Le Miroir, Andreï Tarkovski

  • JPEG - 66.8 ko
    Affiche
    Le Miroir, Andreï Tarkovski (1975)
    JPEG - 66.8 ko
    Affiche
    Le Miroir, Andreï Tarkovski (1975)

    Le Miroir, Andreï Tarkovski (1975)


Pour chaque spectacle programmé à l’Aquarium, le Cinéma d’art et essai Le Vincennes vous propose une séance spéciale de son Ciné-club du lundi soir : un film en résonance directe avec le spectacle du moment. L’excellente Laura Kœppel, spécialiste de cinéma, invite à la discussion avec le metteur en scène du spectacle, à l’issue de la projection.

Tarifs réduits pour nos spectateurs respectifs dans l’un et l’autre lieu !

Consultez le site : Cinéma d’Art et d’essai Le Vincennes



En lien avec la création Matin et Soir de Jon Fosse, mis en scène d’Antoine Caubet

lundi 11 février à 20h30

Débat avec le metteur en scène Antoine Caubet à l’issue de la projection.

Le Miroir dAndreï Tarkovski (1975, 1h48)

film russe

avec Margarita Terekhova, Ignat Daniltsev, Larisa Tarkovskaya...




Alexeï a passé les quarante années de sa vie sur le sol russe, qu’il vénère comme une mère nourricière. Est-ce la maldie qui le frappe ? Il éprouve soudain le besoin irrépressible de plonger dans son passé pour y puiser à la fois les racines et les sentiments qui ont forgé sa personnalité. Le souvenir de sa mère, à la fois adorée et détestée carresponsable du départ d’un père poète qu’il ne cessa de regretter, le ramène dans le présent, à l’échec de son propre mariage avec Nathalie, à la situation d’Ignat, son fils, finalement semblable à la sienne lorsqu’il était enfant. L’insoutenable image de cette mère attendant éternellement le retour d’un mari, du garçonnet attendant son père, à l’instar des enfants de Russie, dont il revit les misères et les déceptions, chasse Alexeï dans la forêt, refuge magique et protecteur...


Le Miroir est un film dense, peut-être le plus illisible de Tarkovski. Une œuvre terriblement excitante dans sa manière d’articuler les mondes, de développer différentes strates de lecture et de déployer une mise en abîme vertigineuse. Il s’agit d’une autobiographie unique en son genre dans laquelle Tarkovski se fait voyant, visualisant une vie loin d’être arrivée à son terme regorgeant de visions fulgurantes et de traumas surréalistes. Une œuvre instable dans laquelle s’entrechoque une beauté formelle foudroyante et une narration nébuleuse. Un métrage-tiroir monumental, une forme de fil-somme qui condense les thèmes et obsessions de son auteur (la mort, la religion, la politique, le surnaturel) enrichi par son aspect autobiographique mais aussi un film-monde dans lequel se recoupe tous les arts.

sources : revusetcorriges.net, Télérama.fr

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com