L'HOMME QUI RIT
  • JPEG - 126.7 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR
    JPEG - 126.7 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

  • JPEG - 138.2 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR
    JPEG - 138.2 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

  • JPEG - 116.2 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR
    JPEG - 116.2 ko
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo
    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

    L’Homme qui rit d’après Victor Hugo par Christine Guênon © DR

Cycle « Bourreaux d’enfants ! » : 2 spectacles courts par soirée / Chap. I
19 mars > 5 avril

15€ : offre exceptionnelle du 19 au 24 mars
20€ : à 2, c’est mieux ! (soit 40€ la soirée au lieu de 50€)

Tous les tarifs

Réservez avec la FNAC, theatreonline

du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h
Modeste proposition… suivi de :



L’homme qui rit
d’après le roman de Victor Hugo
conception, adaptation et jeu Christine Guênon
lumière Dominique Fortin

"Christine Guênon, sur scène, a l’allure d’un Gavroche à l’ossature frêle mais nerveuse. Elle est un personnage de Victor Hugo, elle résume toute entière ceux de l’épopée de "L’homme qui rit". C’est poignant et d’une saisissante vérité !"

Evelyne Trân, Le Monde.fr (extrait) 

toute la revue de presse

« Cela se passait il y a trois cents ans, du temps que les hommes étaient un peu plus des loups qu’ils ne le sont aujourd’hui, pas beaucoup plus. » Par une terrible nuit d’hiver, le misanthrope Ursus recueille dans sa roulotte deux enfants abandonnés au froid et la faim : une petite fille aux yeux gelés, et un garçon horriblement défiguré par des trafiquants d’enfants : Gwynplaine, au visage tailladé d’un rictus monstrueux et pétrifié, magistral et irrésistible, deviendra rapidement le célèbre « Homme qui rit », vedette incontestée des foires de la vieille Angleterre… jusqu’au jour où la Chambre des Lords le réclame !

Christine Guênon, magnifique comédienne s’il en est, s’est faufilée au cœur des huit cents pages de L’homme qui rit, immense roman d’aventure politico-philosophique, pour suivre à la trace nos héros au fil de leurs pérégrinations. Elle a avec elle une chaise, un banc, une table de maquillage, et la plume inoxydable du grand Victor, génial conteur de la geste humaine, infatigable militant d’une démocratie réelle qui considèrerait enfin les plus démunis (l’étranger, le pauvre, le bagnard et les enfants) comme la pierre de touche de nos sociétés : « Ce qu’on m’a fait, on l’a fait au genre humain. On lui a déformé le droit, la justice, la vérité, la raison, comme à moi les yeux, les narines et les oreilles. Comme à moi, on lui a mis au cœur un cloaque de colère et de douleur, et sur la face un masque de contentement », confie Gwynplaine, l’homme qui rit et qui fait rire. Mais qu’est-ce que rire d’un rire ? Est-ce la seule réponse possible à la violence cynique du pouvoir ?

Formée aux Ateliers des Quartiers d’Ivry et à l’Espace Acteur, Christine Guênon a joué sous la direction, entre autres, de Michel Cerda, Daniel Soulier, Jean-Christian Grinevald, Thierry Atlan, Manuel Rebjock, Jacques Falguière, Guy Delamotte… Elle a régulièrement collaboré avec François Rancillac (Le pays lointain et Retour à la citadelle de Jean-Luc Lagarce, La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux, Détours d’après Sophie Calle) et joue dans Roi Lear 4/87 d’après Shakespeare, mis en scène par Antoine Caubet.

Production Cie Chaos vaincu, avec le soutien du Théâtre de l’Aquarium


Rencontre autour de L’homme qui rit

> samedi 30 mars à l’issue de la représentation

Les multiples visages de L’homme qui rit : sa représentation dans les arts.

La vie d’un roman ne se résume pas à sa lecture. L’Homme qui rit a eu plusieurs vies, à travers des adaptations au théâtre, au cinéma et en bande dessinée. Le rire mutilé de Gwynplaine a ainsi connu un étrange destin qui l’a conduit jusqu’au Joker de Batman !
Hugo voulait "affirmer l’âme" mais comment a-t-on donné un visage à cette âme ?
 
avec
Christine Guênon
- adaptation, mise en scène et jeu de L’homme qui rit
Gérard Audinet, directeur de la Maison de Victor Hugo, commissaire de la future exposition "L’âme a-t-elle un visage ? L’homme qui rit" en 2014.
Claude Millet, professeur à l’Université Paris-Diderot (Paris 7), auteure de nombreux ouvrages sur V. Hugo et animatrice du "Groupe Hugo", groupe de recherche universitaire.

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com