LORENZACCIO
  • JPEG - 515.2 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS
    JPEG - 515.2 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

  • JPEG - 627.5 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS
    JPEG - 627.5 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

  • JPEG - 568.8 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS
    JPEG - 568.8 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

  • JPEG - 634.1 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS
    JPEG - 634.1 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

  • JPEG - 330.7 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS
    JPEG - 330.7 ko
    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

    LORENZACCIO - PHOTO PIERRE GROSBOIS

26 septembre > 15 octobre 2017
du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 16 h 

LORENZACCIO d’Alfred de Musset / mise en scène Catherine Marnas

assistanat à la mise en scène Odille Lauria, scénographie Cécile Léna et Catherine Marnas, lumières Michel Theuil, création sonore Madame Miniature avec la participation de Lucas Lelièvre, costumes Édith Traverso et Catherine Marnas, maquillage Sylvie Cailler, construction décor Opéra National de Bordeaux
avec Clémentine Couic, Julien Duval, Zoé Gauchet, Francis Leplay, Franck Manzoni, Jules Sagot, Yacine Sif El Islam et Bénédicte Simon

1537. Florence est devenue une orgie sans fin vouée au seul « bon plaisir » du tyran Alexandre de Médicis. Indigné par la lâcheté ambiante, le jeune lettré Lorenzo décide d’assassiner lui-même le despote pour rétablir la République. Mais pour y parvenir, il doit prendre le masque de l’ami et s’enfoncer avec lui dans l’abject, quitte à perdre en chemin toutes ses illusions...
La pièce (écrite en 1834) fait étonnamment écho à notre propre désenchantement : lutter sert-il encore à quelque chose quand les politiques semblent cyniquement ne travailler qu’à leur propre reconduction ? Lorenzaccio, devenu dandy ricaneur, en fait le pari fou. 
Tout comme Lorenzaccio, Catherine Marnas relève le défi qu’est cette pièce réputée injouable (80 personnages, 36 décors !) et en propose avec ses 8 comédiens fougueux une version resserrée qui virevolte du rire au polar, du rock au baroque, muscle l’intrigue et en magnifie l’actualité politique : flamboyant !

Catherine Marnas est directrice du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine et de son école d’acteurs, l’Éstba. Depuis 1986, elle œuvre à un théâtre « populaire et généreux » en mettant en scène ses contemporains tels Dubillard, Copi, Frisch, Py, Pasolini, Rebotier, Valletti, Koltès, N. Huston mais aussi Brecht, Molière, Shakespeare, Tchekhov...

Une création du TnBA/CDN de Bordeaux (2015) / production > Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine / coproduction > MCB° Bourges. Avec la participation des Treize Arches - Scène conventionnée de Brive.Remerciements à Alexandre Péraud



La presse en parle

Catherine Marnas donne à voir le monde devenu théâtre, celui qui se joue aujourd’hui au quotidien dans les médias et sur la scène politique. Une petite pépite anachronique. Les Inrockuptibles

Jeunesses perdues, indignez-vous ! Catherine Marnas signe une mise en scène « trash » et percutante d’un Lorenzaccio de notre temps. La Croix

Une mise en scène enlevée, réfléchie, qui interroge le cœur même du texte de Musset de façon tonique en refusant les effluves romantiques. Avec une belle distribution. Le Monde.fr

AUTOUR DU SPECTACLE

Participez aux rencontres organisées à l’occasion des représentations du spectacle, à une projection du film Prima della rivoluzione de Bernardo Bertolucci, à un atelier de danse Le corps de la révolte...

Et plus spécialement pour les scolaires : des ateliers d’écriture, de prise de parole ; une formation pour les enseignants ; un parcours avec le musée de la vie romantique  ; le parcours cartoucherie...

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com