RENCONTRE "LES ÉCRITURES BALKANIQUES"

À l’occasion de la présentation de son spectacle Orchestre Titanic, le metteur en scène Philippe Lanton propose trois rencontres pour éclairer sa mise en scène et ouvrir la discussion autour de différents thèmes : l’Europe et ses migration, un sujet abordé par la pièce qui permet de questionner l’actualité, les écritures balkaniques, dont les auteurs, si peu connus en France, méritent d’être découverts et la psychanalyse en relation avec le théâtre, pour décrypter l’inconscient à travers le texte.

 samedi 21 janvier à l’issue de la représentation

avec Hristo Boytchev (invité par l’Institut culturel bulgare à Paris), Rouja Lazarova, autrice bulgare, Marie Vrinat-Nikolov, traductrice et professeur de littérature bulgare à l’INALCO, Nadège Ragaru, chercheuse au CNRS et professeure à Sciences Po et Philippe Lanton, metteur en scène


Hristo Boytchev est né en 1950 en Bulgarie. Dès 1984, ses pièces sont jouées à travers tout le pays puis à l’étranger : Cette chose-là, Dynamite à bord, État de guerre, Terminus, Comme disent les Français, Le souterrain, Hôpital régional, Le Colonel-oiseau (qui a été représentée dans plus de vingt pays)… Dès 1990, il anime à la télévision une émission satirique et se présentera en 1996 aux élections présidentielles. Il a reçu plusieurs prix prestigieux pour ses œuvres.-

-

Marie Vrinat-Nikolov est agrégée de Lettres classiques (École Normale Supérieure de Sèvres), Professeur des universités en langue et littérature bulgares à l’INALCO. Depuis une vingtaine d’années, elle est l’auteure de nombreuses publications sur la traduction littéraire et la littérature bulgare qu’elle traduit (entre autres Yordan Raditchkov, Viktor Paskov, Vera Moutaftchiéva, Yordan Yovkov, Gueorgui Gospodinov, Ivan Borislavov, Ivaïlo Petrov). Elle a reçu plusieurs prix et distinctions pour ses traductions, aussi bien en France qu’en Bulgarie.-

-


Rouja Lazarova est née en 1968 à Sofia, dans la Bulgarie communiste. Après avoir vécu la révolution de 1989 et ses désenchantements, elle s’installe à Paris et publie son premier roman Sur le bout de la langue en 1998, puis trois romans, Cœurs croisés (Flammarion 2000), Frein, (Balland 2004) et Mausolée (Flammarion 2009). Elle explore avec obsession ses hantises, celles des totalitarismes du XXe siècle : la peur, la violence réelle ou symbolique, la manipulation mentale. Mais elle va aussi vers l’intime, elle scrute le corps, et sonde le désir.
-

-

Nadège Ragaru, historienne et politiste, est membre du comité de rédaction des revues Critiques internationale et Balkanologie. Elle dispense des cours à Sciences Po d’histoire culturelle du communisme et de sociologie historique des identités balkaniques. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle de la Bulgarie et de la Macédoine au XXe siècle, l’histoire et l’historiographie de la Shoah en Europe du Sud-Est et les identifications culturelles et religieuses en Macédoine et en Bulgarie. De 2011 à 2013, avec des anglais, bulgares et polonais, elle a coordonné la partie française du projet européen Grundtvig consacré aux "écritures de soi minoritaires".-

-

Philippe Lanton est metteur en scène. Diplômé en psychologie clinique, il se tourne vers le théâtre et met en scène Müller, Lessing, Büchner, Brecht, Novarina, Hölderlin, Pinter, von Mayenburg, Beckett. Passionné par les écritures balkaniques, il a récemment créé en France Le professionnel de Dušan Kovacevic (aux Amandiers-Nanterre) et Rose is a rose is a rose d’Ivana Sajko (CDN de Besançon) et crée en janvier 2017 au Théâtre de l’Aquarium Orchestre Titanic d’Hristo Boytchev. Membre fondateur de (CAP)* (Coopérative Artistique de Production, à Montreuil), il dirige la compagnie Le Cartel.

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com