ROI LEAR 4/87
  • JPEG - 277.9 ko
    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy
    JPEG - 277.9 ko
    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy

    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy

  • JPEG - 249.9 ko
    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy
    JPEG - 249.9 ko
    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy

    ROI LEAR 4/87 © Hervé Bellamy

Roi Lear 4/87

d’après William Shakespeare
traduction Jean-Michel Déprats
adaptation et mise en scène Antoine Caubet

avec Antoine Caubet, Cécile Cholet, Christine Guênon, Olivier Horeau



du 10 au 28 juillet à 19h
sous le chapiteau de l’École du spectateur
5, place Louis Gastin
Avignon centre

10€ / 7€ / 5€
réservations 06 24 42 17 07

Un roi qui devient fou, un fou qui joue au roi… Shakespeare met en scène le dérèglement du monde. Sur un plateau nu encadré par les spectateurs, les 4 comédiens traversent la pièce, sans artifice, en 87 minutes !


Lear brise l’unité de son royaume en le partageant entre ses trois filles, détruit l’équilibre du monde, le met en danger. De répudiations véhémentes en faiblesses politiques, il sombre et fait sombrer les êtres autour de lui dans la violence, la cruauté et la souffrance, jusqu’à ce que toute vie semble condamnée à errer dans la tempête du monde livré aux lois des bêtes.

Dans cet univers dévasté, que reste-t-il alors ? L’imagination, la beauté d’un amour filial retrouvé, la crudité du désir sexuel, l’épuisement et la mort, la ruse de celui qui se déguise pour se préserver le droit à être humain…

Shakespeare dans Le Roi Lear dénude les hommes de leurs oripeaux politiques et sociaux. Pour le suivre, pour cristalliser l’écoute théâtrale sur les mots du grand poème, nous dénudons la scène du théâtre : ni décor, ni costumes, ni accessoires, ni son, ni lumières. Le « grand théâtre du monde » est nu, le plateau est l’espace vide encadré par le public.

Les quatre acteurs, là, tout près, épousent les destinées de ces êtres versés dans le dérèglement du monde : ils se métamorphosent, on ne reconnaît plus le roi devenu fou, le fou devenu roi, le bon frère du mauvais frère, l’aveugle du clairvoyant, le vivant du mort, le rire des larmes.

Antoine Caubet



Coproduction :
Théâtre Cazaril, CCAS avec la participation de Escapades, festival jeune public à Paris

Le spectacle a été joué au Théâtre de l’Aquarium :

2 décembre > 27 décembre 2009

 

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com