COUP DE POUCE À DOMINIQUE LOUYOT

le mercredi 25 mai 2016 à 18h / durée 1h15 - entrée libre

texte de Dominique louyot
avec Geneviève Esménard, Claire Vidoni, Laura Segré, Robin Goupil



Après Ursa Major, Dominique Louyot, autrice, présente la lecture publique de sa dernière pièce Toucher la lumière après la traversée de l’obscure forêt

La traversée de la forêt, c’est se libérer pour conquérir son identité. C’est brûler le monde perverti des "pères". C’est passer du monde ancien à un monde où tout est à inventer. La traversée c’est affronter les épreuves de la forêt comme l’ont fait jadis les héros de la quête du Graal. Cette traversée parle de notre monde, de sa violence toujours à notre porte, prête à tout saccager, à tuer, à violer, à torturer, à trahir, à humilier. Violence immémoriale. Où est la lumière ? Où la chercher ? Quel est le prix à payer pour ça ?



Toucher la lumière après la traversée de l’obscure forêt raconte l’histoire de Violette qui traverse la forêt. Adolescente, elle a empoisonné ses parents. Seule la mère a réchappé. De peu. Vingt ans après sa sortie de prison, résolue à combattre les dragons, Violette la parricide - veuve et mère de deux adolescents - va initier le voyage, celui qui va permettre le basculement d’un monde à l’autre. Elle entraîne sa mère et ses enfants dans cette aventure extrême : vont-ils s’y perdre, s’y trouver enfin ?

Marcheurs de l’improbable, de l’irrésistible, nos quatre héros sont plongés dans un monde de l’entredeux, obscur, labyrinthique, traversé d’échos, où les temps sont poreux et aléatoires, où rien n’est stable, où les lignes sont fuyantes, inachevées, où la désespérance, où le désir, la violence de vivre s’y exaspèrent au point de risquer le tout pour le tout, de connaître et de tenir le passé pour ce qu’il est, de s’y confronter, de le prendre en charge, d’en faire table rase. Toucher la lumière après la traversée de l’obscure forêt est l’histoire d’un dépassement.


"Ce texte que j’ai écrit, j’aimerais le faire découvrir, le faire entendre à un public sensible à une langue, langue qui peut dérouter d’abord car elle est à la fois brute et poétique, concrète, lyrique. Mon ambition est de passer le réel par le filtre de l’imaginaire, du symbolique. Pour mieux le débusquer. Et, par ce filtre, en déployer toutes les facettes, le renvoyant ainsi à l’infini. A l’insondable. Et lui donner une résonance toute théâtrale. Toucher la lumière après la traversée de l’obscure forêt est aussi paradoxalement l’histoire de la perte de la langue, une langue de la douleur, celle de l’errance. Chacun des personnages s’en empare à sa manière pour survivre. Pour moi la langue est constitutive de la personne, de la société, du monde. Elle révèle et trahit dans le même temps."

Dominique Louyot


Dominique Louyot en quelques mots

En 2006, je présente ma première pièce en tant qu’autrice, Ceux du Paradis, au Théâtre de l’Est parisien, d’après des témoignages de gens de Ménilmontant, mon quartier. Parce que c’est quoi, habiter là où on habite ? Viscéralement ? Politiquement ? En quoi c’est constitutif de ce que l’on est ? Et de ce qu’est le monde ? Là, maintenant.

Puis François Rancillac m’invite au Théâtre de l’Aquarium pour des lectures publiques de Il neige à Buenos Aires, en décembre 2009 et de Ursa Major en décembre 2009 et avril 2010.

Ursa Major (Coup de cœur 2012 de la Comédie de Picardie) sera accueillie d’abord en chantier de création au Théâtre de l’Aquarium en février 2013, puis en novembre 2013 en résidence de création à la Manufacture Hors les Murs à Saint-Quentin (Picardie) et créée les 29, 30 et 31 janvier 2014 au Théâtre de l’Aquarium. Elle a aussi fait l’objet, en décembre 2013, d’une série de lectures théâtralisées dans les bibliothèques des communautés de communes de la Somme en partenariat avec la Comédie de Picardie. Reprise pour 2 représentations les 30 novembre et 1er décembre 2015 au Théâtre de Belleville. Actuellement en cours de programmation pour une tournée 2017-2018.

Libera me a fait partie des finalistes du Prix de Guérande 2012 et a été sélectionnée par le Comité de lecture du TJP Strasbourg-Centre Dramatique National pour le dernier trimestre de la saison 2011- 2012.

Au joli Joli-Fou a été sélectionnée et donnée en lecture publique le 6 juin 2014 dans le cadre du Festival Cabanes de Moselle, au Théâtre de Rémilly.

Participation pour un texte - Il y a longtemps, j’étais toute jeune - au Drag Requiem, de Jean-Christophe Marti, le 20 septembre 2015 au Théâtre de l’Aquarium.

Toucher la lumière après la traversée de l’obscure forêt, en lecture publique le 25 mai 2016 au Théâtre de l’Aquarium.

Par-delà les odyssées, en cours d’écriture.

Membre des Ecrivains associés du Théâtre depuis 2007.

Mon projet d’écriture : Pour un théâtre d’aujourd’hui avec une parole de combat ancrée dans la poésie du monde.

Dominique louyot





/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com