TRISTESSE ANIMAL NOIR
  • JPEG - 5.8 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 5.8 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

  • JPEG - 7.5 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 7.5 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

  • JPEG - 7.1 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 7.1 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

  • JPEG - 5.9 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 5.9 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

  • JPEG - 5.8 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 5.8 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

  • JPEG - 7.2 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès
    JPEG - 7.2 Mo
    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

    Tristesse animal noir © Tristan Jeanne-Valès

du 3 au 15 février 2015
du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h

réservation en ligne

TRISTESSE ANIMAL NOIR

de Anja Hilling
traduction de l’allemand par Silvia Berutti-Ronelt
en collaboration avec Jean-Claude Berutti

mise en scène Guy Delamotte (Panta-théâtre)

scénographie Jean Haas, costumes Cidalia Da Costa, lumière Fabrice Fontal, vidéo Laurent Rojol, son Jean-Noël Françoise / Valentin Pasquet, photos Tristan Jeanne-Valès.

avec Olivia Chatain (troupe permanente du Préau), Véro Dahuron, Thierry Mettetal, Mickaël Pinelli, Alex Selmane, Timo Torikka

et la participation de Viviane Jean et Vincent Garanger - Remerciements à Stella Hidalgo et Olivier Poulard

Texte publié aux éditions Théâtrales, éditeur et agent de l’auteure.

Lire les extraits de la presse
La presse est enthousiaste !



Dans l’idéal, les protagonistes seraient tous amis pour la vie. Mais leur barbecue dans la forêt, un soir d’été torride, révèle peu à peu ambiguïtés et rancœurs. Pendant leur sommeil, une brindille propage un incendie, donnant lieu à l’une des scènes majeures du théâtre contemporain. Pris au piège, chacun vit seconde par seconde l’effroi absolu. Pour les survivants, plus rien ne sera jamais comme avant.
Par l’entrelacs de différentes histoires, de structures en flash-back, mêlant fictions et songes, réel et poésie, Anja Hilling, nouveau prodige de la scène allemande, écrit un théâtre rare et fascinant, une tragédie d’aujourd’hui.

Anja Hilling, née en Allemagne en 1975, est remarquée dès ses premières pièces : en 2003, elle reçoit le Prix de la Jeune Dramaturgie et est accueillie en résidence au Royal Court de Londres. En 2005, elle est élue “révélation de l’année“ par la revue Theater Heute. Elle a depuis écrit plus d’une dizaine de pièces, toutes crées en Allemagne, souvent traduites et jouées à travers l’Europe : Mon cœur si jeune si fou, Protection, Mousson, Sens, Anges, Bulbus, Tristesse animal noir (deux pièces jouées à La Colline en 2011 et 2013), Nostalgie 2175... Ses fictions sont narratives autant que suggestives, évoquent les préoccupations contemporaines et particulièrement la faute et la responsabilité. L’ordinaire du réel est capté à travers des prismes oniriques d’une profonde poésie : un théâtre d’épidermes écorchés et d’émotions brutes.

Le Panta-théâtre, que dirigent Véro Dahuron et Guy Delamotte en plein cœur de Caen, se consacre essentiellement à la création contemporaine tant française qu’étrangère. Il a déjà présenté à l’Aquarium Palais Mascotte d’Enzo Cormann (1993), Les Démons (1998) et Les tentations d’Aliocha (2012) d’après F. Dostoïevski.

production > Panta-théâtre. Coproduction > le Centre Dramatique National – Comédie de Caen, Le Préau – Centre Dramatique Régional de Basse-Normandie – Vire

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com