UNE MARIÉE À DIJON
  • PNG - 718.3 ko
    Carte postale du restaurant Les Trois Faisans
    PNG - 718.3 ko
    Carte postale du restaurant Les Trois Faisans

    Carte postale du restaurant Les Trois Faisans

  • PNG - 279 ko
    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy
    PNG - 279 ko
    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy

    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy

  • PNG - 263.7 ko
    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy
    PNG - 263.7 ko
    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy

    Corine Miret dans Une mariée à Dijon © Hervé Bellamy


> dans le cadre du cycle Paroles de femmes -
visionnez la présentation



du 2 au 21 février 2016 / durée 1 h 10
du mardi au samedi 21h / dimanche 19h
réservez


La presse se régale !

écoutez l’interview de France Culture

Une délicieuse évocation littéraire d’un repas gastronomique en Bourgogne.
Marie-Pierre Ferey, Le Point

Une expérience sensuelle au possible... en caressant nos cinq sens, ce spectacle laisse l’impression la meilleure qui soit : on sort de l’Aquarium comblés et repus.
Hadrien Volle, ScèneWeb

lire toute la revue de presse



Une mariée à Dijon

Souper-spectacle
concocté avec des produits de saison issus du potager fruitier du
Château de la
Roche-Guyon

d’après les textes de Mary Frances Kennedy Fisher
Long ago in France the years in Dijon (1991) et Serve it forth (1937)

traduction Béatrice Vierne - Les Editions du Rocher
adaptation et mise en scène Stéphane Olry
récit Corine Miret, musique Didier Petit (violoncelle)
scénographie inspirée par Les douze dîners de Meggie Schneider
lumière Sylvie Garot



Jeunes mariés américains tout à fait ignorants de la France, Mary et Al s’installent à Dijon en 1930. Mary y découvre les plaisirs de la chair et de la cuisine. Lors d’un premier dîner dans un restaurant gastronomique, le vieux serveur Charles les initie avec un tact infini aux subtilités de la cuisine bourguignonne. Six ans plus tard, divorcée, Mary retourne dans ce restaurant avec son nouveau compagnon pour lui faire goûter son premier émerveillement. Mais le temps a passé et…

En écrivant exclusivement sur la cuisine, M.F.K. Fisher (1908-1992) parle de la vie, du monde, du plaisir et de la cruauté, dans un mélange d’ironie et de réalisme qui fit sa notoriété aux États-Unis. Pour elle, « partager un repas est un acte intime qui ne devrait pas être pris à la légère ». Aussi les spectateurs attablés partageront-ils un souper confectionné avec les légumes du potager expérimental du Château de La Roche-Guyon. Au menu : soupe, confitures et jus de fruits du potager.


Corine Miret est pharmacienne, danseuse, comédienne. Stéphane Olry est autodidacte, un peu clown, écrivain assurément. Ensemble, ils fondent La Revue Éclair en 1987. Ils inventent alors des aventures à partir de recherches documentaires, d’enquêtes de terrain, d’expériences de vie. Citons, entre autres, Nous avons fait un bon voyage mais (issu d’une collection de cartes postales trouvées, 1999), Mercredi 12 mai 1976 (à partir de souvenirs de fans des « Verts » stéphanois, 2005), Treize semaines de vertu (Stéphane s’étant exercé au manuel de vertu de B. Franklin, 2006), Un voyage d’hiver (Corine étant partie vivre incognito près de Béthune, 2008), Les Arpenteurs (sept marcheurs ayant été envoyés le long du Méridien de Paris, 2011). Artistes associés à l’Aquarium, ils ont joué Tu oublieras aussi Henriette,une fantasmagorie librement inspirée d’Histoire de ma vie de Casanova et lancé un projet triennal « Les habitants du bois » dont l’avènement aura lieu en 2017...

Ce spectacle a été créé en janvier 2014 au Théâtre de l’Échangeur (Bagnolet).



production > La Revue Éclair. Avec l’aide du Château de La Roche-Guyon et de la Spedidam. Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France/Dispositif d’accompagnements. La Revue Éclair est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la communication-DRAC Île-de-France et la Région Île-de-France.

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com