LEONIS : BRUNCHES-CONCERTS
  • JPEG - 692.9 ko
    BEETHOVEN PROJECT
    JPEG - 692.9 ko
    BEETHOVEN PROJECT
  • JPEG - 24.4 ko
    JPEG - 24.4 ko

DIMANCHE 24 MARS > DERNIER BRUNCH CONCERT

Brunch-maison à midi (sur réservation), concert à 13h

Le talentueux quatuor à cordes LEONIS termine en beauté le cycle consacré à Beethoven lors d’un dernier brunch-concert dominical et convivial de la saison.

Au programme, deux pièces originales exceptionnelles de Beethoven  :
-
La Grande Fugue Opus 133
-
le Quatuor n°15 Opus
132


Le Quatuor à cordes Leonis se produit dans de nombreux festivals et salles de concert tant en France qu’à l’étranger. En résidence à l’Aquarium, il propose cette saison trois brunches-concerts dominicaux dédiés exclusivement au maître indépassable du quatuor à cordes Ludwig van Beethoven !

Le Quatuor à cordes Leonis (fondé en 2004) réunit Guillaume Antonini et Sébastien Richaud (violons), Alphonse Dervieux (alto), Julien Decoin (violoncelle). Ils se sont retrouvés avec le désir d’approfondir l’immense héritage du quatuor classique, mais aussi de partager avec les publics les plus larges la diversité des styles, voyageant des musiques anciennes aux plus contemporaines, en passant par la chanson, le jazz, la pop, etc. Pour cela, ils collaborent avec des metteurs en scène comme Olivier Py, Irina Brook, Manu Kroupit (Eclisse totale), des chorégraphes tels Arkadi Zaïdes, Aurélien Kairo, Medhi Diouri et Andreas Cetkovic et des comédiens : Ariane Ascaride, Jean Bojko, Olivier Broda, etc.



La Grande Fugue Opus 133
si bémol majeur de Ludwig van Beethoven (1824-1825)

Monumental, le Quatuor op 130 est aussi atypique : six mouvements conclus, soit par un finale modeste (allegro d’une dizaine de minutes), soit par un finale gigantesque — la Grande Fugue — qui, au même titre que le finale de l’Ode à la joie, reste unique dans l’histoire du quatuor (750 mesures pour ce seul finale...) et sera finalement édité séparément. Le Quatuor op 130 témoigne aussi de la volonté de Beethoven de concilier l’hétérogène, en faisant se succéder une cavatina issue de l’air vocal, une danza tedesca inspirée des danses populaires et cette Grande Fugue inspirée de la tradition la plus savante de l’écriture musicale.

Le Quatuor n°15 Opus 132
mi la mineur
de Ludwig van Beethoven (1823-1825)

Le Quatuor n° 15 vise à confronter différents styles (choral, marche, récitatif instrumental et cantabile entre le molto adagio et l’allegro appassionato) pour mieux en faire ressortir les différences, puis le tour de force qui les fait coexister. Les liens entre ces deux quatuors ne s’en tiennent d’ailleurs pas là puisque l’introduction lente du Quatuor n° 15 cite les intervalles de la Grande Fugue ; leurs allegros initiaux s’inspirent aussi de la même opposition entre tempo lent et tempo rapide.



Ludwig van Beethoven (1770 - 1827), grand compositeur allemand, a marqué l’histoire de la musique. S’affranchissant des règles classiques, il a ouvert de nouvelles perspectives dans la composition musicale et a jeté les bases du romantisme. Son tempérament fougueux, son don pour l’improvisation et son incroyable capacité à composer alors qu’il avait perdu l’ouïe en ont fait un personnage de légende. Beethoven a ouvert la voie à la génération romantique : Schumann, Chopin, Liszt, Mendelssohn...

Tarif réduit pour les mélomanes qui enchaînent avec le spectacle de théâtre qui suit à 16h.

/ Identité du Théâtre de l'Aquarium (affiches et tracts) : © Pascal Colrat pascalcolrat.fr / Site internet : © Tada machine tadamachine.com