Item

Théâtre
Du jeudi 4 au dimanche 14 février 2021

François Tanguy - Théâtre du Radeau

Avec le Festival d'Automne à Paris

François Tanguy propose avec ITEM un geste théâtral poétique et singulier. Le ballet des corps et des décors s’annonce millimétré, l’espace en perpétuel mouvement et les mots transformés en sonorités. Littérature, poésie, essai et musique s’entremêlent pour donner à voir et à entendre un théâtre rare qui n’a jamais cessé de se réinventer.

« - Enfin, c’est quoi le sujet de la pièce de théâtre ?
- Les métamorphoses d’un âne (le bonnet du sujet). Parer le rhapsode de tous les inconvénients et les miracles, des moindres objections narratives.
On notera qu’en randonnée comme en navigation, on ne peut qu’ajuster le colportage des raisons, des échos, des motifs de toutes traversées, aux méandres des chemins et des houles, des courants et des gazouillis.
- Oui, mais c’est quoi ? Alors !
Nous répondrons : voilà, c’est le fruit, le fait de cet appareillage, travail de soutier. Qui maintenant est le vôtre. Ou encore le plateau de cette nouvelle assemblée-là, des « deux rives ». On est là quoi qu’il arrive puisqu’on s’y est rendu. Et donc, c’est ça le sujet : cette rencontre… en embarcadère disons de l’ânimatoire…, l’égarement d’un poème en cavale… contre les essieux des chars. Mais les cieux eux aussi en litige, et l’âme (est-elle) d’un monde en vacille… Vu de la Suisse, un précipité parmi les trous et les trouées de sens. Une retenue sans retenue, avec orchestre et sonatine en toute rigueur bandoulière. Une gravitation.
- Oui, ou tout autre, autrement, un recommencement, un chœur. On reprend. »

François Tanguy, le 25 octobre 2020

Durée : 1h30
Tout public

Distribution

Mise en scène et scénographie : François Tanguy
Élaboration sonore : Éric Goudard et François Tanguy
Lumières : François Fauvel,
Julienne Rochereau, François Tanguy
Avec : Frode Bjørnstad,
Laurence Chable, Martine Dupé,
Erik Gerken, Vincent Joly
Régie générale : François Fauvel Régie lumière : François Fauvel, Julienne Rochereau, Jean Guillet Régie son : Éric Goudard,
Mickaël Kandelman et Emmanuel Six (en alternance)

Production, diffusion : Geneviève de Vroeg-Bussière
Production : Théâtre du Radeau (Le Mans) ; MC2 : Grenoble ; T2G – Théâtre de Gennevilliers ; Festival d’Automne à Paris ; Théâtre National de Strasbourg ;
Centre Dramatique National de Besançon Franche-Comté ; Les Quinconces - L’espal Scène nationale du Mans.
Coproduction de la reprise : Théâtre Garonne – scène européenne
(Toulouse) ; Festival d’Automne à Paris Coréalisation la vie brève – Théâtre de l’Aquarium

Création en 2019 à la Fonderie au Mans, en coréalisation avec Les Quinconces-L’Espal Scène Nationale du Mans

Le Théâtre du Radeau est subventionné par L’État, Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire, Le Conseil Régional des Pays de la Loire, Le Conseil Départemental de la Sarthe, La Ville du Mans. Il reçoit le soutien de Le Mans Métropole.

La presse

Que dire, sinon que Le Radeau fréquente les textes comme on côtoie des amis, les donne à entendre comme jamais ? Et que, en sortant, le spectateur se sent un peu plus humain ?
Mathieu Perez - Le Canard Enchaîné - 24 décembre 2019


François Tanguy nous emmène dans la forêt de l’imaginaire.
Du bois brut, des panneaux, des portes et des planches dont l’agencement sans cesse renouvelé produit des merveilles : on se croirait dans une forêt où les arbres dessinent des paysages changeants, où éclot la lumière d’une clairière, où passent les ombres des cimes (...).

(…) La force du Radeau naît d’une poésie nourrie d’images, de sons, de mots qui obéissent à une logique du décalage, du contraste et du lyrisme. Et elle touche chacun dans la salle d’une manière très personnelle. Cela, qui est souvent vrai au théâtre, l’est encore plus dans les spectacles de François Tanguy. Pour cette raison, on ne peut que recommander à chacun d’aller vivre sa propre expérience d’Item (…)
Brigitte Salino - Le Monde - 11 décembre 2019


(…) Une nouvelle merveille indescriptible du Théâtre du Radeau et de François Tanguy.
Ils reviennent. Ils viennent de là-bas, du fond du plateau, ils se faufilent dans des entrelacs de panneaux, de tables en Formica, de chaises de cantine, de cadres vides. Ils reviennent. De loin, d’autres spectacles, de la rue d’à côté, de l’étranger, d’un livre lu jusqu’au petit matin, d’un songe (…).

(…) Tanguy et sa bande poussent le théâtre, cet art de l’espace, du temps, du mouvement, du son (mots, musiques) et de la lumière, à fond les manettes (…).
Jean-Pierre Thibaudat – Médiapart - 3 décembre 2019


Item, la nouvelle création du Théâtre du Radeau, embarque le spectateur dans une odyssée vertigineuse.
(…) Item est un vagabondage poétique unique, une adresse à l’intelligence du spectateur.
Marie-Josée Sirach - L’humanité - 2 décembre 2019


(…) Des étranges présences, errantes, terrifiantes et drôles, toujours quelque part écartelés, entre absence et présence, entre héro et nullité tout rond, ni l’un ni l’autre, ils font une pirouette et hop ils sont ailleurs. Des corps qui sont, là aussi, ce que sont nos corps, notre gauche manière de vouloir danser. Et nous y trouvons, là, dans notre insuffisance, dans notre maladresse, une grâce. (…) Oui, des spectres, des fantômes terribles sont là aussi. Et puis, à nouveau, une joie et la simplicité d’une conversation qui aurait oublié qu’il y a un public.
On ne peut que dire : merci ! Un merci infini.
Malte Schwind, L’Insensé - 6 novembre 2019


Le Théâtre du Radeau possède cette science et cette conscience, capables de faire affleurer à la mémoire de chacun ces bancs de souvenirs oubliés, conjuguant avec une rare sensibilité l’éphémère de l’acte théâtral et l’ineffable paysage émotif propre à chaque spectateur. Sans relâche, avec la même exigence, de spectacle en spectacle, le Radeau fouille et retourne l’âme et le corps du théâtre comme un arrière-fond métaphysique, remuant ces pans de vies héroïques
Nicolas Thevenot - Un fauteuil pour l’orchestre - 18 décembre 2019


En multipliant les angles morts, les flux de musiques, les variations de lumières, les fragments de paroles et les ébauches d’intrigues c’est, si on peut dire, un théâtre à perte de vue qui s’ouvre alors à nous, sans que rien n’arrête à terme le flux des images et des sons pour les faire consister en un sens univoque. (…)
(…) femmes en robes à panier et coiffées de chapeaux extravagants ; hommes revêtus des attributs bricolés de héros de pacotille. Ces êtres chancelants, en quête d’on ne sait quoi paraissent emprunter parfois aux artifices d’un cirque pauvre le burlesque d’une séquence clownesque.
Christian Drapron - Crayonné au théâtre - 13 décembre 2019


Nous sommes bien dans la satire avec cette ironie permanente des acteurs qui participe à ce mélange de genres mettant à distance le spectateur de cet horrible mal qui les ronge.
(…)
Peinture des caractères, des passions à travers une poétique de la crise du héros, de l’homme, de la représentation, d’ITEM se dégage un rappel du tragique de l’existence, sans morosité, sans violence, sans amertume, simplement avec art.
Mathieu Méric - cyborgtheatre - 11 décembre 2019

Aller plus loin

“Souvent, le théâtre, c’est la nuit. Souvent, c’est profondément beau. Il est difficile d’expliquer la beauté profonde de quelque chose, nous avons peut-être trop pris l’habitude des surfaces, plus faciles à arpenter. Il y a une profondeur qui est tapie dans la nuit du théâtre de Tanguy et du Radeau, c’est une profondeur enthousiaste et légère. La profondeur de la beauté nécessaire, face à l’éternelle grimace de l’histoire.”

“S’il y a une valeur politique dans le théâtre de Tanguy, elle est bien là, dans cette fonction poétique puissante qui créé et met en scène, non pas des démonstrations, mais ponctuellement, des lieux de transition et d’intersection où l’on échange de la connaissance c’est-à-dire « une expérience absolument singulière et nécessairement en commun » (Tanguy). Une connaissance apparemment sans friction car elle s’est épurée de tout ce qu’elle savait pour ne plus répéter, désormais, au théâtre, que sa mise en forme.”
Jean-Paul Manganaro - P.O.L.
François Tanguy et Le Radeau (Articles et études)

La tournée

du 11 au 13 mars 2021 au Théâtre du Bois de l’Aune - Aix en Provence.

Séances et réservations

Du jeudi 4 au dimanche 14 février 2021

Tarifs

22€ tarif plein
15€ demandeurs d’emploi, enseignants, plus de 65 ans
12€ moins de 26 ans l adhérents aux associations l comités d’entreprise partenaires du dispositif ticket théâtre(s) - ticket-theatres.com l groupes à partir de 6 personnes
10€ groupes scolaires

ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet
ITEM © Jean-Pierre Estournet