Les festivals BRUIT

BRUIT

FESTIVAL THÉÂTRE ET MUSIQUE
du mercredi 15 décembre 2021 au samedi 5 février 2022

KINTSUGI

Dans mon immeuble vit une petite dame japonaise très élégante. Un matin, dans la cour, je la vois fracasser violemment des bols magnifiques de céramique ancienne contre les pavés. Je crie : « mais Mme K. qu'est ce que...? »
Elle éclate de rire. Bon.

Avec ses petites mains, elle ramasse chaque brisure et les met dans la manche de sa robe de chambre (j'ai peur qu'elle ne se blesse), en baragouinant des mots inaudibles (j'ai peur qu'elle ne m'insulte). Bon.

J’ose lui demander ce que signifie tout ce fracas. À grand renfort de gestes, de pantomime, délicate et passionnée, elle me raconte. Et elle est très forte parce que je comprends tout : au Japon, les bols ou vases cassés sont réparés depuis des siècles selon une technique précise et minutieuse. On ponce chaque morceau. On les rassemble grâce à une sève végétale très abrasive puis on applique de la poudre d’or sur les sutures pour révéler les cicatrices. Le bol renaît plus solide et plus beau qu'avant la cassure.
Bon. Ça m'a touchée, en plein dans le mille.

Et puis ça résonne avec ce que la vie brève, les équipes associées et compagnies en résidence fabriquent dans notre maison, ici, au Théâtre de l'Aquarium. Chaque création est cette tentative de suturer et de sublimer la suture.

ICI, LES ÉCLATS DE CE NOUVEAU BRUIT :

Les éruptions extatiques collectives de Mette Ingvartsen ; des meringues, de la brume et les gros yeux de Lionel Dray et Clémence Jeanguillaume ; l’humour musical de Charpentier et un motet qui figure l’Europe à domicile par l’Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé ; Maurice Ravel et une gouvernante perchés dans un belvédère par Julien Fišera ; les compositions de jazz oubliées du Umlaut Big Band ; des mondes perdus et leurs monstres fantastiques de Jérôme Lorichon et Émeric Guémas ; les paysages intimes de la jeunesse par Margot Alexandre et Nans Laborde-Jourdàa ; un générateur électrique, des cailloux et les ressorts de Pierre Meunier ; une fête de clôture et un bal tango.

Ce sera la joie. Comme un beau BRUIT.

Jeanne Candel et toute l’équipe de la vie brève

Réservez