MUSIQUES DE SCÈNE POUR MOLIÈRE

ORCHESTRE EN RÉPÉTITION
Jeudi 6 janvier à 18h30 le même soir Réserver

Marc-Antoine Charpentier
Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé

Ensemble associé

En 1683, on a ri en musique et à gorge déployée. Comme c’est à Versailles, on rit toujours un peu des autres : qu’il s’agisse d'un malade imaginaire ou des courtisans obséquieux, les divertissements qui les mettent en scène amusent tout aussi bien les hypocondriaques que les perruques titrées.

L’Ensemble Correspondances réunit chanteurs et instrumentistes sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé. Associés au Théâtre de l’Aquarium depuis 2019, ces musiciens ouvrent pendant le festival BRUIT deux répétitions de concerts dédiés à l’œuvre de Marc-Antoine Charpentier, donnés prochainement en France et à l’étranger. Un temps d’écoute inédit, introduit et commenté par Sébastien Daucé.

Marc-Antoine Charpentier est aujourd’hui reconnu comme l’un des plus grands compositeurs de musique sacrée du Grand Siècle. Il faut passer les sublimes pages des Leçons de Ténèbres, des Motets pour les Guise, des Psaumes pour les Jésuites, pour tomber sur quelques feuillets truculents et s’apercevoir qu’il n’était pas indifférent à l’humour.

Est-ce à ce titre que Molière repère, dès le début des années 1670, ce jeune compositeur tout juste rentré d’Italie ? Ainsi rejoint-il la troupe des Comédiens français. Des œuvres qui naissent de cette collaboration, la plus célèbre est Le Malade imaginaire mais bien d’autres encore nous sont parvenues, révélant tout le fantasque débridé que le public d’alors attendait. Les planches d’un théâtre comique comme celui de Molière sont évidemment le lieu idéal de l’humour en musique.

Durée : 1h40 entracte compris

Distribution / Production

Dessus : Caroline Weynants,
Caroline Bardot, Eugénie Lefebvre
Bas-dessus : Blandine de Sansal
Hautes-contre : Clément Debieuvre, Vojtěch Semerad
Basse-taille : Étienne Bazola
Basse : Maxime Saïu
Violons : Simon Pierre, Paul Monteiro
Flûtes : Lucile Perret, Matthieu Bertaud
Hautbois : Johanne Maître
Basson : Mélanie Flahaut
Théorbe : Pierre Rinderknecht
Violes de gambe : Mathilde Vialle, Mathias Ferré
Basse de violon : Mathurin Matharel
Clavecin : Mathieu Valfré
Orgue, clavecin et direction : Sébastien Daucé
Jeu : Soufiane Guerraoui
Collaboration artistique : Emily Wilson

Production : Ensemble Correspondances
Avec le soutien de la vie brève - Théâtre de l’Aquarium

Correspondances est en résidence au théâtre de Caen. Il est ensemble associé au Musée du Louvre et à la vie brève - Théâtre de l’Aquarium.
Correspondances est soutenu par le Ministère de la Culture – DRAC Normandie, la Région Normandie, la Ville et le théâtre de Caen.
La Fondation Société Générale C’est vous l’avenir est grand mécène de l’ensemble Correspondances. L’ensemble est aidé par la Fondation Correspondances qui réunit des mélomanes actifs dans le soutien de la recherche, de l’édition et de l’interprétation de la musique du XVIIème siècle.
Il reçoit régulièrement le soutien de l’Institut Français, de l’ODIA Normandie et du Centre National de la Musique pour ses activités de concert, d’export et d’enregistrements discographiques.
L’Ensemble Correspondances est Membre d’Arviva - Arts vivants, Arts durables, et s’engage pour la transition environnementale du spectacle vivant.
L’ensemble est membre de la FEVIS, du Profedim et du Réseau Européen de Musique Ancienne.

Programme

Marc-Antoine Charpentier
Le Mariage forcé (extraits)
Le Sicilien (extraits)
Les Plaisirs de Versailles (extraits)
Le Malade imaginaire (extraits)

Biographies

Ensemble Correspondances
Fondé à Lyon en 2009, Correspondances réunit sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé une troupe de chanteurs et d’instrumentistes, tous spécialistes de la musique du Grand Siècle. En quelques années d’existence, Correspondances est devenu une référence dans le répertoire de la musique française du XVIIème siècle. Sous les auspices des correspondances baudelairiennes, l’ensemble donne aussi bien à entendre une musique aux sonorités qui touchent directement l’auditeur d’aujourd'hui qu’à voir des formes plus originales et rares telles que l’oratorio ou le ballet de cour portés à la scène.

L’attachement de l’ensemble autant à faire revivre des compositeurs à la renommée déjà confirmée qu’à revivifier l’image de musiciens peu connus aujourd’hui mais joués et plébiscités en leur temps a donné naissance à seize enregistrements salués par la critique : Chocs de Classica, ffff de Télérama, Diapasons d’Or, Prix de la Critique Allemande du Disque, Echo Preis du World Premiere Recording of the Year 2016, Editor’s Choice de Gramophone, Opera Recording of the Year 2016 pour Limelight Magazine, Prix Charles Cros...

Tous ces enregistrements témoignent des fondamentaux de l’ensemble et de l’esprit de découverte qui y prévaut : avec Marc-Antoine Charpentier pour O Maria ! (2010), les Litanies de la vierge (2013), la Pastorale de Noël et O de l’Avent (2016), La Descente d’Orphée aux Enfers (2017) ou ses Histoires Sacrées (2019), Antoine Boesset avec L’Archange et le Lys (2011), Etienne Moulinié et ses Meslanges pour la Chapelle d’un Prince (2015), Henry du Mont dans O Mysterium (2016), Michel-Richard de Lalande dans ses Leçons de Ténèbres avec Sophie Karthäuser (2015), ou encore Perpetual Night, explorant la naissance de la monodie anglaise au 17ème siècle avec l’alto Lucile Richardot (Choc Classica de l’année 2018, Diapason d’Or de l’année 2018, ffff Télérama, Diamant d’Opéra Magazine, Prix de la critique allemande du disque 2018, Prix Caecilia 2018 de l’Union de la presse musicale belge). Fruit d’un travail de recherche de trois ans, la reconstitution exceptionnelle de la partition du Ballet Royal de la Nuit a permis de redécouvrir un moment musical majeur du XVIIème siècle, jusqu’alors inouï et qui inaugura le règne du Roi Soleil. Après le succès public et critique du Concert Royal de la Nuit (harmonia mundi, 2015), l’ensemble a retrouvé ce spectacle extraordinaire en 2017 et en 2020 au théâtre de Caen, dans une mise en scène contemporaine de Francesca Lattuada. La captation de ce spectacle hors-normes est parue dans un coffret rassemblant enfin l’intégralité de la musique.

Sébastien Daucé
Organiste, claveciniste, Sébastien Daucé est animé par le désir de faire vivre un répertoire foisonnant et encore peu connu : celui de la musique française du XVIIème siècle.

Il fonde alors dès 2009 l’ensemble Correspondances, qu’il dirige depuis le clavecin ou l’orgue, et avec lequel il parcourt la France et le monde et enregistre fréquemment pour la radio. Son exploration d’un répertoire peu joué, souvent inédit, aboutit avec le soutien du label harmonia mundi, pionnier à bien des égards dans le répertoire baroque, à une discographie de seize enregistrements remarqués par la critique.

Parallèlement à ses activités de musicien, Sébastien Daucé collabore avec les meilleurs spécialistes du XVIIème siècle, publiant régulièrement des articles et participant à d’importants projets de performance-practice. Passionné par la question du style musical, il édite la musique qui constitue le répertoire de l’ensemble, allant jusqu’à en proposer quand cela s’impose, des recompositions complètes(Le Ballet Royal de la Nuit).

Presse

« Volupté des timbres, justesse des nuances, émotion retenue ou éperdue, variété des coloris, des matités et des brillances, qui en remontrerait au plus virtuose des peintres. Et, atout maître d’artistes rompus à ce répertoire, un même engagement dans les pages collectives que dans les échappées solistes. » La Croix, juillet 2021

« Sébastien Daucé et son équipe servent [le parcours musical] avec le soin, apporté aux mots, aux nuances, aux couleurs, et la sensibilité qui les caractérisent. » Les Échos, juillet 2021

« L’extraordinaire beauté du timbre, que Sébastien Daucé a développée à la tête de cet ensemble de chanteurs et d’instrumentistes, évite le renforcement rhétorique, propose une palette de couleurs homogène, joyeusement étoffée des résonances de fragiles et fines vibrations. » Berliner Zeitung, février 2020

« Comme toujours chez Correspondances, les mêmes voix se chargent des parties solistes et fusionnent dans les narrations, observations et réactions portées par le chœur. Et l’orchestre fournit un écrin de rêve à cette riche collection de timbres. » Télérama, avril 2019

« Sébastien Daucé est le plus unique et le plus passionnant des jeunes maîtres d’orchestre dans la pratique de l’interprétation historique. […] La façon de chanter de Sébastien Daucé est magnifique : légère, agile, avec du beau texte et dans le souffle des histoires. » Süddeustche Zeitung, juillet 2021 (Allemagne)

« Sébastien Daucé, sensible au son et faisant flotter son immaculé Ensemble Correspondences, s’avère être l’un des jeunes talents de la musique baroque les plus passionnants de France. » Welt, juillet 2021 (Allemagne)

Tournée

Le 7 janvier : Théâtre de Caen
Le 13 janvier : Opéra Royal de Versailles
Le 14 janvier : Auditorium du Musée du Louvre

Tarif

Répétition ouverte au public avec une participation de 5€ (tarif unique)

Séances et réservations

Jeudi 6 janvier à 18h30

Téléchargement et liens

© Jean-Marc Berns
© DR
© DR
© Sebastien Mahieuxe