ITEM

THÉÂTRE
Du vendredi 15 au dimanche 24 mars 2024, du mercredi au vendredi à 20h30, samedi à 15h30 et à 20h30, dimanche à 17h le même soir Réserver

François Tanguy - Théâtre du Radeau

Avec le Théâtre du Soleil

Oui, mais c’est quoi ? C’est le fruit de cet appareillage. Qui maintenant est le vôtre. Le plateau de cet assemblée-là. C’est ça, le sujet.

Voyage dans un univers onirique, poétique et ludique que le Théâtre du Radeau construit comme un dédale de paroles, de musiques et de sons, qui se décomposent et se recomposent sans cesse, offrant un théâtre singulier et bouleversant, unique en son genre.

Tout peut advenir sur les planches de ce théâtre devenu un refuge pour prendre le temps de la pensée, de l’émotion, de la beauté face à notre monde agité, pressé, abîmé. Un théâtre intemporel qui fait confiance à l’imaginaire, celui de ceux qui hantent le plateau comme à celui de ceux qui regardent et se laissent entraîner dans une rêverie mouvante, délicate et troublante. Les mots des grands poètes, de Dostoïevski à Goethe en passant par Ovide, les musiques de Cage, de Bach, de Tchaïkovski et de Berlioz, se mêlent, s’opposent, s’accouplent avec bonheur, pour créer un désordre savamment organisé qui alterne chuchotements et proférations, pénombre et clarté aveuglante.

≈ Samedi 16 mars, à l'issue de la représentation de 20h30 : rencontre avec l'équipe artistique
≈ Dimanche 17 mars, à l'issue de la représentation de 17h : Troisième rencontre avec l'association Desk Russie autour de l’appel « Russie, hors d’Ukraine ! » pour contribuer à l’information et à la mobilisation citoyennes contre la guerre d’agression russe en Ukraine. En savoir plus

Durée : 1h30

Distribution / Production

Mise en scène, scénographie : François Tanguy
Élaboration sonore : Éric Goudard et François Tanguy
Lumières : François Fauvel, Julienne Rochereau, François Tanguy
Régie Générale : François Fauvel
Régie lumière : François Fauvel, Julienne Rochereau, Jean Guillet
Régie Son : Éric Goudard, Emmanuel Six et Landry Le Tenier (en alternance)
Production / Diffusion : Geneviève de Vrœg-Bussière
Diffusion internationale : Arafat Sadallah

Avec : Frode Bjørnstad, Laurence Chable, Martine Dupé, Erik Gerken, Vincent Joly

Remerciement : Jean-François Perrier et la MC93 pour le texte de présentation du spectacle

la vie brève et le Théâtre du Soleil présentent Item au Théâtre de l'Aquarium, en coréalisation avec le Théâtre du Radeau.

Coproduction : Théâtre du Radeau (Le Mans) ; MC2 : Grenoble ; T2G Théâtre de Gennevilliers ; Festival d’Automne à Paris ; Théâtre National de Strasbourg ; Centre Dramatique National de Besançon Franche-Comté ; Les Quinconces - L’espal Scène nationale du Mans. Coproduction de la reprise : Théâtre Garonne – scène européenne (Toulouse) ; Festival d’Automne à Paris ; Les Quinconces et L'Espal ; Scène nationale du Mans

Le Théâtre du Radeau est subventionné par L’État, Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire, Le Conseil Régional des Pays de la Loire, Le Conseil Départemental de la Sarthe, La Ville du Mans. Il reçoit le soutien de Le Mans Métropole.

La presse

« Telle est la force du Radeau. Elle naît d’une poésie nourrie d’images, de sons, de mots qui obéissent à une logique du décalage, du contraste et du lyrisme. Et elle touche chacun dans la salle d’une manière très personnelle. Cela, qui est souvent vrai au théâtre, l’est encore plus dans les spectacles de François Tanguy. » Brigitte Salino - Le Monde

« Item est un vagabondage poétique unique, une adresse à l’intelligence du spectateur. » Marie-Josée Sirach - L’Humanité

« Mais, d’un spectacle à l’autre, Tanguy et sa bande poussent le théâtre, cet art de l’espace, du temps, du mouvement, du son (mots, musiques) et de la lumière, à fond les manettes en jouant sur ce qui est propre au théâtre, à savoir la disparition inhérente à toute représentation, en la poussant dans ses derniers retranchements, en la démultipliant, en faisant de l’apparition/disparition le tempo du spectacle. » Jean-Pierre Thibaudat – Mediapart

« Une succession de mouvements, de mots, d’images, de musiques, de figures, de sons… Une plongée vertigineuse dans la densité de l’instant. » Manuel Piolat Soleymat - La Terrasse

« Probablement faut-il voir Item comme un chaînon du Radeau au sein de la génétique Tanguy, dont les spectacles se suivent à l’image d’un long kaléidoscope : aussi obscur semble-t-il encore à nos yeux inhabitués à sa lumière, le proscenium textuel d’Item est une clé à retardement pour le spectateur. » I/O Gazette

« Item (Radeaupéra). De celui-ci, il y aurait plusieurs façons d’en parler. Poétique. La quiétude d’une toile de Rembrandt. La lumière d’un Vermeer ! L’étrangeté d’un vieux film muet ! Ce spectacle est un poème visuel ! Une symphonie de l’instant ! » Mathieu Perez - Le Canard enchaîné

« La pièce tient autant du tableau vivant que de jeux de construction et de déconstruction des espaces, dans le ballet incessant des corps et des espaces perpétuellement remaniés. » Théâtre(s)

« Le théâtre de Tanguy est un théâtre en lévitation, un théâtre poétique d’une beauté fulgurante qui vous transperce de part en part ; un théâtre joyeux, débridé, libre de toutes conventions, de tous faux-semblants et autres artifices. » Théâtre(s)

Biographie

François Tanguy (1958 - 2022)
Né à Caen en 1958, le metteur en scène, peintre, scénographe et dramaturge, François Tanguy a dirigé dans les années 1980 la compagnie du Théâtre du Radeau avec Laurence Chable. Quelques années plus tard, toute la troupe déménage dans un ancien garage qui deviendra La Fonderie. Cet espace est transformé en un lieu dédié à l'art, unique en son genre. Les créations de théâtre s'y multiplient, la dernière Par autan en 2022, Item en 2019, et encore Soubresaut (2016), Passim (2013), Onzième (2011), Ricercar (2007), Coda (2004), Les Cantates (2004), Orphéon - Bataille - suite lyrique (1998), Bataille du Tagliamento (1996), Choral (1994), Chant du Bouc (1991), Woyzeck - Büchner - Fragments forains (1989), Jeu de Faust (1987), Mystère Bouffe (1986), Le Songe d’une nuit d’été de W. Shakespeare (1985), Le retable de Séraphin (1984), L’Eden et les cendres (1983), Dom Juan de Molière (1982).

Aller plus loin

« Enfin, c’est quoi le sujet de la pièce de théâtre ?
Les métamorphoses d’un âne (le bonnet du sujet). Parer le rhapsode de tous les inconvénients et les miracles, des moindres objections narratives.
On notera qu’en randonnée comme en navigation, on ne peut qu’ajuster le colportage des raisons, des échos, des motifs de toutes traversées, aux méandres des chemins et des houles, des courants et des gazouillis.
Oui, mais c’est quoi ? Alors !
Nous répondrons : voilà, c’est le fruit, le fait de cet appareillage, travail de soutier. Qui maintenant est le vôtre. Ou encore le plateau de cette nouvelle assemblée-là, des « deux rives ». On est là quoi qu’il arrive puisqu’on s’y est rendu. Et donc, c’est ça le sujet : cette rencontre… en embarcadère disons de l’ânimatoire…, l’égarement d’un poème en cavale… contre les essieux des chars. Mais les cieux eux aussi en litige, et l’âme (est-elle) d’un monde en vacille… Vu de la Suisse, un précipité parmi les trous et les trouées de sens. Une retenue sans retenue, avec orchestre et sonatine en toute rigueur bandoulière. Une gravitation.
Oui, ou tout autre, autrement, un recommencement, un chœur. On reprend. »

François Tanguy, le 25 octobre 2020

« Souvent, le théâtre c’est la nuit. Souvent, c’est profondément beau. Il est difficile d’expliquer la beauté profonde de quelque chose, nous avons peut-être trop pris l’habitude des surfaces, plus faciles à arpenter. Il y a une profondeur qui est tapie dans la nuit du théâtre de Tanguy et du Théâtre du Radeau, c’est une profondeur enthousiaste et légère. La profondeur de la beauté nécessaire, face à l’éternelle grimace de l’histoire. »

« C’est un théâtre qui parle du théâtre, avec les moyens du théâtre : ce n’est pas un théâtre de concepts ou de notions, Tanguy et le Radeau ne sont pas philosophes, même si au bout, il y a sans doute une question posée et une réponse proposée à la vérité de quelque chose, une vérité du théâtre et non de théâtre. De même, ce n’est pas un théâtre politique, bien qu’il y ait un engagement de ce théâtre face à ce qui lui est public, à ce qu’il partage en commun avec d’autres. Ces données, philosophie et politique investissent par en-dessous ce théâtre dans des agencements qui emportent ses matières vers des devenirs imprévus. C’est un théâtre où les planches jouent un rôle déterminant, les coulisses, les lumières, les sons, décomposés en paroles, en musique, recomposés par instant en quelque chose qui doit être de l’ordre du sens et de la sensation. C’est un théâtre de bois et d’acteurs qui aboutissent à ce que Tanguy appelle la contemporanéité : cela signifie sans doute dire son mot dans le débat autour de la représentation, la faire – sans en être le représentant – non pas à l’écart, mais au cœur même des affaires du théâtre. C’est déjà plein de théâtre, avec des fables parfois douloureuses et mélancoliques, parfois drôles et grotesques ; parfois l’un et l’autre mélangés en un motif qui n’est pas seul et qui n’est pas le même. »

Extraits de François Tanguy et le Radeau – Jean-Paul Manganaro – chez P.O.L

Création

Création à la Fonderie au Mans, en coréalisation avec Les Quinconces-L’Espal Scène Nationale du Mans en 2019

À voir aussi

Au T2G Théâtre de Gennevilliers Centre dramatique national

Par autan de François Tanguy
≈ Du 9 au 20 novembre 2023
Festival d’automne à Paris 2023

Dans le sillage de François Tanguy
Journée de partage avec le Théâtre du Radeau
40 ans de création
≈ Samedi 18 novembre 2023 dès 13h30

En quarante ans de création et une vingtaine de spectacles, François Tanguy et le Théâtre du Radeau ont profondément marqué la pratique et la pensée du théâtre. Durant cette journée, il s’agira de puiser dans la matière même de la création pour mieux cerner cette œuvre unique dans sa cohérence et la puissance de son expressivité.

Au programme :
13h30 > 17h – Le Radeau de la pensée (sept tables rondes publiques)
18h – Représentation de Par autan (sur réservation)
20h – À la soupe ! Dîner partagé
21h – Scène ouverte à la musique et à la poésie

À la Galerie Hus

Traits, exposition de dessins de François Tanguy
4 rue Aristide Bruant, Paris 18ème, du 1er novembre au 31 décembre 2023

Accessibilité

Tous nos spectacles sont accessibles aux personnes en situation de handicap moteurs : dans nos deux salles, des emplacements spécifiques sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Pour toute la programmation, le dispositif « Souffleurs d’images » est disponible sur demande ici. Un souffleur bénévole décrit et souffle à l’oreille du spectateur aveugle ou malvoyant, les éléments qui lui sont invisibles le temps d’un spectacle.

Pour réserver et être accompagné dans votre venue : Bérengère Marchand, chargée de l’accueil des publics et des artistes (berengere@theatredelaquarium.net / 01 43 74 72 74)

Tarifs

≈ BILLET À L'UNITÉ
22€ la place
15€ demandeurs d’emploi l enseignants l plus de 65 ans
12€ moins de 26 ans l groupes à partir de 6 personnes l personnes en situation de handicap l détenteurs du pass 12e
10€ groupes scolaires du secondaire
13€ comités d’entreprise partenaires de Ticket théâtre(s) - uniquement via le site ticket-theatres.com

≈ PASS 2 ÉVÉNEMENTS ET + (hors tarif unique)
Pour une même soirée ou pour plusieurs rendez-vous distincts
Le PASS 2 événements tarif plein : 37€ et vos prochaines places à 15€
Le PASS 2 événements tarif réduit : 27€ et vos prochaines places à 12€
Les offres PASS sont individuelles et ne sont pas applicables à la répétition publique de Requiem Solaire

≈ BILLET SUSPENDU
Le billet suspendu à 12€ est un geste solidaire qui vise à offrir un billet à un inconnu. Le Théâtre de l'Aquarium s’engage à offrir cette place ou ces places de spectacle à l'un de ses partenaires du champ social.

Séances et réservations

Vendredi 15 mars à 20h30
Samedi 16 mars à 15h30
Samedi 16 mars à 20h30
Dimanche 17 mars à 17h
Mercredi 20 mars à 20h30
Jeudi 21 mars à 20h30
Vendredi 22 mars à 20h30
Samedi 23 mars à 15h30
Samedi 23 mars à 20h30
Dimanche 24 mars à 17h
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet
© Jean-Pierre Estournet