GARDE FOU, Marion Bois et Léo-Antonin Lutinier

En résidence en 2021, l’équipe de Garde fou associe à ce travail de création un étudiant de l’ENSAD pour la conception et la création d’une partie de la scénographie.

Nous sommes dans une ancienne salle de bal ou un réfectoire dans lequel on peut dormir, manger, coucher et chanter.

Marion adore l’opéra. Elle est obsédée par la figure d’Alcina, celle qui aime éperdument puis plus rien ! D’ailleurs, ce soir, nombre de ses amants sont présents : la pierre qui retient la table, l’arbre à côté du piano. Léo son truc c’est la mémoire, elle lui fait défaut. Il a parfois des doutes sur l’identité de la personne avec qui il est. Il a des sautes de pensées alors il peut bien mourir, car comme il oublie, il se relève et continue.

Chez eux, aucune chronologie, on glissera imperceptiblement de leur premier rendez-vous à un internement par le médecin de garde, à leur séparation, suivie du prestigieux numéro de la femme sciée en deux etc…

Avec eux, ils ont l’opéra Alcina de Haendel que lui sait chanter, une chaconne de Bach, un naufrage, différentes morts, des pierres et des médicaments, une pluie de poisson, Michel F., la gamelle d’un chien, un bûcher, un goutte-à-goutte, du patinage et des ronces…

De et avec : Marion Bois et Léo-Antonin Lutinier
Production : Le Yang-Tsé-Kiang
Avec le soutien de la vie brève - Théâtre de l’Aquarium

© Bun Jun Fri
© Bun Jun Fri