CHARPENTIER - CARISSIMI - BUXTEHUDE, Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé

L'Ensemble Correspondances dirigé par Sébastien Daucé, associé à l'Aquarium, répète les Histoires Sacrées de Marc-Antoine Charpentier, La Clé de Rome, un programme autour de Giacomo Carissimi et les Membra Jesu Nostri de Dietrich Buxtehude, en tournée jusqu'en 2023.

Histoires Sacrées de Marc-Antoine Charpentier(1643-1704)

Marc-Antoine Charpentier est le seul compositeur du Grand Siècle à s’être aussi remarquablement illustré dans le genre de l’histoire sacrée, livrant plus d’une trentaine d’œuvres toutes conçues après son séjour en Italie. De ce corpus exceptionnel, Sébastien Daucé et l’Ensemble Correspondances ont extrait avec soin quelques joyaux reflétant à la fois l’expérience romaine de Charpentier (probablement auprès de Carissimi, le maître de l’oratorio) et les préoccupations humanistes d’une époque. À la manière d’un petit opéra, chaque pièce nous raconte l’histoire de destins exemplaires, comme ceux de femmes illustres (Judith, Cécile, Madeleine) ou celui d’une amitié profonde mise à l’épreuve (Mors Saülis et Jonathæ).

Programme
O sacramentum H.274, Judith sive Bethulia Liberata H.391, In odorem unguentorum H.51, Magdalena Lugens H.343, Cæcilia virgo et martyr H.397, Sub tuum Præsidium H.28*

Instrumentistes :
Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé et Caroline Weynants, Judith Fa, Lucile Richardot

Sébastien Daucé : Direction musicale
Vincent Huguet : Mise en scène
Aurélie Maestre : Scénographie
Bertrand Couderc : Création lumières
Cécile Giovansili-Vissière : Régisseuse lumières
Clémence Pernoud : Costumes
Ensemble Correspondances

Chanteurs :
JUDITH SIVE BETHULIA LIBERATA
Caroline Weynants : Judith
Perrine Devillers : Servante de Judith
Davy Cornillot : Narrateur / Ozias
Renaud Bres : Holoferne
Judith Fa, Lucile Richardot, Davy Cornillot, René Ramos : Premier Chœur des Israélites
Caroline Arnaud, Vojtech Semerad, Étienne Bazola, Nicolas Brooymans : Chœur des Assyriens

MADGALENA LUGENS
Lucile Richardot : Magdalena
Caroline Arnaud : Narrateur

CÆCILIA VIRGO ET MARTYR
Judith Fa : Cæcilia
Caroline Weynants, Perrine Devillers, Caroline Arnaud, Lucile Richardot : Anges
Vojtech Semerad : Tiburce
Étienne Bazola : Valérianus
Nicolas Brooymans : Almacchius
Davy Cornillot : Narrateur

Instrumentistes :
Béatrice Linon, Josèphe Cottet, Sandrine Dupé, Simon Pierre : violons
Lucile Perret, Matthieu Bertaud : flûtes
Mathilde Vialle, Étienne Floutier, Mathias Ferré : violes de gambe
Antoine Touche : violoncelle
Thibaut Roussel : théorbe
François Guerrier : orgue et clavecin
Sébastien Daucé : clavecin et direction

Production : Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé, théâtre de Caen

Tournée : Festival Oudemuziek Utrecht, les 31 août et 1er septembre 2021

La Clé de Rome, programme autour de Giacomo Carissimi (1605-1674)

Giacomo Carissimi est probablement l’une des plus grandes figures de la musique dans l’Europe du XVIIe siècle : la renommée de son vivant passe largement les murs de Rome où il exerce, et l’on connaît sa musique en France, en Suède, et partout ailleurs en Europe. Les musiciens admirent, copient, s’échangent sa musique avec une intensité qu’on qualifierait de « virale » aujourd’hui ! (…) La musique de Carissimi est partout et nulle part. Il ne reste quasiment rien de sa main : la musique, à l’époque, n’appartient pas à son auteur mais à celui qui la commande (et la paie). (…) Pourtant, il fut l’un des musiciens les plus copiés, celui dont la musique parcourt une grande partie des manuscrits copiés au XVIIe siècle dans de nombreux pays, à commencer par la France. On l’érige en modèle, on lui reconnaît une identité spécifiquement italienne, il devient l’emblème de la musique vocale des Italiens, comme Corelli de la musique instrumentales quelques années plus tard.

Programme :
Christus factus est et Jephte de Giacomo Carissimi (1605-1674), Vanitas vanitatum, Repleta est malis anima nostra et Dulcis amor Jesu de Kaspar Förster (1616-1673), Media vita in morte sumus de Philipp Jakob Baudrexel (1627-1691), Da pacem Domine de Christoph Bernhard (1628-1692), Pestis Mediolanensis Marc-Antoine Charpentier (1643-1704)

Instrumentistes :
Ensemble Correspondances
Caroline Weynants, Perrine Devillers, Caroline Bardot : dessus
Lucile Richardot : bas-dessus
Daniel Brant : contre-ténor
Davy Cornillot, Antonin Rondepierre : tailles
Étienne Bazola, Nicolas Brooymans : basses
Alice Julien-Laferrière, Béatrice Linon : violons
Mathilde Vialle, Mathias Ferré : viole de gambe
Étienne Floutier : violon
Thibaut Roussel : théorbe
François Guerrier : orgue et clavecin
Mélanie Flahaut : hautbois
Sébastien Daucé : clavecin et direction

Production : Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé

Tournée : Festival Oudemuziek Utrecht, le 28 août 2021

Membra Jesu Nostri de Dietrich Buxtehude (1637-1707) & autres Lieder

Un siècle après les épisodes tragiques des guerres de religion entre catholiques et protestants, l’Europe se retrouve à nouveau au XVIIème siècle dans une relative période de sérénité. De chaque côté du Rhin, de nouvelles formes de spiritualité et de cérémonial vont émerger et forger de nouveaux codes, notamment à travers la musique. Les pratiques religieuses domestiques vont également évoluer. Le rite protestant va se concentrer sur une forme d’austérité pour favoriser la concentration sur les écritures seules.
C’est dans ce contexte que va naître notamment à Lübeck une tradition de concert spirituel dans l’espace de cercles plus intimistes, distincts de la liturgie traditionnelle. Les désormais célèbres soirées musicales dénommées ‘Abendmusik’ apparaissent au milieu du XVIIème siècle et vont prendre place dans l’église Sainte-Marie de Lübeck en rassemblant des cercles dévots de plus en plus importants. Dietrich Buxtehude s’inscrit dans cette tradition de dévotion luthérienne qui perdurera jusqu’au 19ème siècle et qui fera la renommée musicale du Nord de l’Allemagne.
L'Ensemble Correspondances a enregistré un des cycles de cantates sacrées les plus connus du compositeur : les Membra Jesu Nostri sont composés de sept cantates sacrées sur la Passion du Christ. Ce cycle sera accompagné d’une cantate, composée pour la mort du père de Buxtehude, Klaglied. L’album est paru chez harmonia mundi fin mars 2021.

Programme :
Membra Jesu Nostri et Klaglied (extraits) de Dietrich Buxtehude (1637-1707)

Chanteurs :
Caroline Weynants, Marie-Frédérique Girod, Perrine Devillers, Caroline Bardot : dessus
Lucile Richardot : bas-dessus
Paul Figuier : haute-contre
Davy Cornillot, Antonin Rondepierre : tailles
Etienne Bazola, Nicolas Brooymans : basses

Instrumentistes :
Alice Julien-Laferrière, Béatrice Linon : violons
Mathilde Vialle, Étienne Floutier, Mathias Ferré, Louise Bouedo : violes de gambe
Thibaut Roussel : théorbe
François Guerrier : orgue
Angélique Mauillon : harpe
Sébastien Daucé : clavecin et direction

Production : Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé

Tournée : Festival de Saintes, le 23 juillet 2021 - Festival Oudemuziek Utrecht, le 27 août 2021 - théâtre de Caen, 11 mars 2023 - Bruges, en mars 2023 - (en cours)

© Philippe Delval