BUXTEHUDE - TE DEUM / MISSA ASSUMPTA EST - LE SACRE DE LOUIS XIV, Ensemble Correspondances - Sébastien Daucé

Ensemble en résidence de création

L'Ensemble Correspondances dirigé par Sébastien Daucé se réunit pour répéter deux programmes des œuvres de Dietrich Buxtehude et Marc-Antoine Charpentier et une reconstitution du sacre de Louis XIV pour leurs prochains concerts en tournée.

- BUXTEHUDE, Membra Jesu Nostri & autres lieder

Au XIIème siècle à Lübeck naît une tradition de concert spirituel dans l’espace de cercles plus intimistes, distincts de la liturgie traditionnelle. Les désormais célèbres soirées musicales dénommées « Abendmusik » apparaissent au milieu du XVIIème siècle et vont prendre place dans l’église Sainte-Marie de Lübeck en rassemblant des cercles dévots de plus en plus importants. Dietrich Buxtehude s’inscrit dans cette tradition de dévotion luthérienne qui perdurera jusqu’au XIXème siècle et qui fera la renommée musicale du Nord de l’Allemagne.

Correspondances joue l’un des cycles de cantates sacrées les plus connus du compositeur Dietrich Buxtehude : les Membra Jesu Nostri sont composés de sept cantates sacrées sur la Passion du Christ.
Ces œuvres denses et mystiques nourriront l’imaginaire du jeune Bach, fasciné par la musique de Buxtehude. La cantate 106 illustre parfaitement cette idée du son, qui les lie intimement : mêlées aux flûtes et aux violes, la douceur des voix et des harmonies mène l’âme tout droit au paradis.

Dessus : Caroline Bardot, Perrine Devillers, Girod Marie-Fred
Alto : Blandine de Sansal, Lucile Richardot
Taille : Davy Cornillot, Antonin Rondepierre
Basse : Alexandre Baldo, Étienne Bazola
Violon : Josèphe Cottet, Pierre Simon
Viole : Mathilde Vialle
Viole et violone : Étienne Floutier
Viole : Mathias Ferré
Théorbe : Thibaut Roussel
Harpe : Caroline Lieby
Orgue et clavecin : Matthieu Boutineau
Flûte : Matthieu Bertaud
Orgue et direction : Sébatien Daucé

- TE DEUM / MISSA ASSUMPTA EST, Marc-Antoine Charpentier

Après une carrière musicale au service de sa protectrice Marie de Guise, des Jésuites, des Comédiens Français, Charpentier obtient à la fin de sa vie l’une des postes de maître de chapelle les plus convoités de France : celui de la Sainte-Chapelle de Paris. En plein coeur de la capitale, au milieu du Parlement, c’est dans cette superbe architecture aux vitraux élancés vers le ciel qu’il passera les dernières années de sa vie jusqu’en 1704. On y sonne très régulièrement le Te Deum pour les occasions royales et les cérémonies exceptionnelles comme celle de l’Assomption pour laquelle il compose l’exceptionnelle Missa Assumpta est, chef d’oeuvre absolu de son art tout au service des voix, de l’expression et de l’harmonie.

Dessus : Perrine Devillers, Elena Harsanyi, Eva Plouvier, Aël-Lynn Poupard
Bas-dessus/hc : Joséphine Geoffray
Haut-contre : Daniel Brant, Carlos Porto, Vojtech Semerad
Taille : Mathys Lagier, Jordan Mouaissia, Randol Rodriguez, Antonin Rondepierre
Basse-taille : Thierry Cartier, René Ramos Premier
Basse : Adrien Fournaison, Alexandre Baldo
Violon 1 : Bétrice Linon
Violon : Paul Monteiro, Sayaka Shinoda
Violon et alto : Xavier Sichel
Alto : Birgit Goris
Basse de viole : Julie Dessaint, Ferré Mathias, Mathilde Vialle
Violone en ré : Étienne Floutier
Basse de violon : Hager Hanana
Théorbe : Thibaut Roussel
Clavecin : Guillaume Haldenwang
Basson : Mélanie Flahaut
Trompette : Julian Zimmermann
Flûte : Matthieu Bertaud, Lucile Perret
Timbales : David Dewaste
Hautbois : Johanne Maitre, Neven Lesage
Clavecin, orgue, direction : Sébastien Daucé

- LE SACRE DE LOUIS XIV

Le 7 juin 1654, en la cathédrale de Reims, Louis Dieudonné de Bourbon est sacré roi de France lors d’une cérémonie impressionnante.
Si rien n’indique quelles furent les musiques précisément jouées à cette occasion, on peut retracer au fil d’une minutieuse enquête de nombreux indices : le déroulement de la cérémonie, les textes chantés, les différents corps de musique et instruments présents, le nombre des interprètes, leur emplacement dans la cathédrale…
En croisant toutes ces informations, nous proposons aujourd’hui un sacre de Louis XIV en musique, ouvrant les oreilles du mélomane du XXIème siècle sur des trésors de polyphonies des temps passés.

Dessus: Caroline Bardot, Perrine Devillers, Maud Haering, Eva Plouvier, Caroline Weynants
Bas-dessus/haute-contre: Daniel Brant, Blandine de Sansal, Joséphine Geoffray, Vojtech Semerad
Taille : Jordan Mouaïssia, René Ramos Premier, Randol Rodriguez
Basse : Renaud Bres, Thierry Cartier, Vlad Crosman, François Joron, Guillaume Olry, Maxime Saïu
flûte : Matthieu Bertaud, Lucile Perret
Hautbois : Krzysztof Lewandowski, Johanne Maitre, Adrien Reboisson
Violon : Kate Goodbehere, Samuel Hengebaer, Béatrice Linon, Birgit Goris, Paul Monteiro, Christophe Mourault, Matilde Pais, Xavier Sichel, Sayaka Shinoda, Koji Yoda
Viole da gambe : Louise Bouedo, Mathias Ferré, Mathilde Vialle
Contrabasse : Camille Dupont, François Gallon, Hager Hanana
Violone : Etienne Floutier
Trompette : Benoît Tainturier, Emmanuel Mure
Trombone: Alexis Lahens, Abel Rohrbach
Serpent : Patrick Wibart
Fagot : Isaure Lavergne
Théorbe : Thibaut Roussel
Clavecin : Marie Van Rhijn
Orgue : Mathieu Valfré
Percussion : Pere Olivé
Direction : Sébastien Daucé

mise-en-scène, choreografie: Rosabel Huguet, Flora Gaudin
Correspondances est en résidence au théâtre de Caen. Il est ensemble associé au Musée du Louvre. Il reçoit le soutien en résidence de création de la vie brève – Théâtre de l’Aquarium.

Correspondances est soutenu par le Ministère de la Culture – DRAC Normandie, la Région Normandie, le Département du Calvados, la Ville et le théâtre de Caen. L’ensemble est aidé par la Fondation Correspondances qui réunit des mélomanes actifs dans le soutien de la recherche, de l’édition et de l’interprétation de la musique du XVIIème siècle.

Il reçoit régulièrement le soutien du département du Calvados, de l’Institut Français, de l’ODIA Normandie et du Centre National de la Musique pour ses activités de concert, d’export et d’enregistrements discographiques.

L’Ensemble Correspondances est Membre d’Arviva - Arts vivants, Arts durables, et s’engage pour la transition environnementale du spectacle vivant. L’ensemble est membre de la FEVIS, du Profedim et du Réseau Européen de Musique Ancienne.

Sacre de Luis XIV, Correspondances - Sébatien Daucé
© Nathalie de Ribier - Les grands concerts